Le projet Sembat

Ce projet est emblématique pour nous et nous tient particulièrement à cœur, car c’est le tout premier que nous avons réalisé, moins de deux ans après notre rencontre !

La centrale photovoltaïque

Basée sur la toiture de l’école Marcel Sembat à Bègles, cette première centrale photovoltaïque de 36 kWc produit environ 40 000 kWh par an, soit l’équivalent de la consommation de 12 foyers hors chauffage. Il nous aura fallu un peu moins de 2 ans entre la première réunion des futurs membres créateurs de l’association et l’inauguration de la centrale, un temps record !

Entre ces 2 dates, la création de la société citoyenne et de nombreux événements pour faire connaitre le projet et embarquer avec nous les pionniers, qui nous ont fait confiance dans ce projet un peu fou, et qui, on l’espère, ne le regrette pas maintenant que la centrale est en fonctionnement et injecte tous les jours des kWh d’énergie renouvelable citoyens dans le réseau.

Les étapes clés de l’aventure

Nous avons déclaré publiquement notre intérêt à la mairie de Bègles le 23 novembre 2018 pour valoriser deux de ses toitures en installant des panneaux photovoltaïques de manière citoyenne, et permettre à la ville de mettre en concurrence les différentes propositions.

Finalement, le projet Solévent emporte l’adhésion et le conseil municipal prend deux délibérations en notre faveur les 7 mars et 16 mai 2019. Nous pouvons officiellement lancer la levée de fonds qui démarre avec une présentation aux parents d’élèves, pour se poursuivre au Poulailler de Bègles ou au Radis Noir, deux bars emblématiques de la ville. Une des toitures mises à disposition est donc celle de l’école Sembat, et il faudra 22 actionnaires pour financer le projet.

L’inauguration se fait le 6 septembre 2019 en présence du maire de Bègles, Clément Rossignol Puech, du député Loïc Prud’homme, du conseiller départemental Arnaud Dellu et d’une cinquantaine d’actionnaires et de sympathisants dans une ambiance festive et conviviale.

Un chantier plus long que prévu !

Souhaitant travailler avec des matériaux français, nous avons opté pour des panneaux fabriqués en Alsace, qui se sont avérés plus difficile à installer que prévu initialement par l’installateur, la faute à un nouveau système d’attache plus résistant. D’une durée initiale de deux semaines, le chantier a finalement durée environ quatre semaines, par petits bouts, car le chantier se déroulant dans un établissement recevant du public (ERP), il a fallu attendre que les enfants ne soient pas présents pour avancer le chantier. A cela s’ajoutant les aléas climatiques … une vraie aventure ce premier projet !

Par ailleurs, la crise de la COVID-19 est passée par là, et la mise en service a été retardée pour n’intervenir qu’à la fin juin 2020 … ouf, nous sommes officiellement producteurs d’énergie renouvelable et pouvons enfin nous projeter sur notre deuxième projet, trois fois plus important !